Dictionerfs – Inédit – Pique-nique de contestation

PIQUE-NIQUE DE CONTESTATION, Pied de grue sans grève («Il me reste du jus de fruits»)

Une grève est régulièrement remplacée par un pique-nique de contestation. Super bien vu. L’Institution tremble devant la contestation qui rime avec sandwich au jambon ! Quant au Rectorat, il ne sait où se mettre devant une manifestation qui rime avec fromage en portions !

Pour protester contre une Éducation qu’on met en miettes, on laisse des miettes sur le gazon de l’Institution. The end of laissez-faire façon «Qui a un thermos avec du café ?»

Les mammouths dégraissés reprennent du poil de la bête et du cholestérol en mangeant leur saucisson, tout en râlant, à chaque rondelle, devant l’impossibilité du demi-groupe en langue. Les enseignants n’ont plus le couteau entre les dents mais se préoccupent de savoir si quelqu’un a pris un tire-bouchon. C’est le nouvel âge de la rage dans l’Éducation : on ne braille plus dans la rue, on se débraille sur le gazon de l’Institution, au risque de se faire piquer par des hannetons. Du coup, les moins aventureux se tiennent tranquilles sur une nappe à carreaux. Quelques uns, écœurés, Piquent-niquent’amers.

Et pourtant…

Dans l’archéologie politique du pique-nique, il y a le scandale du Déjeuner sur l’herbe d’Edouard Manet en 1863. Cette femme, dont la nudité choqua, n’est-elle pas devenue l’allégorie de notre École dépouillée ? Pourquoi, dans ce cas, ne pas intégrer des Femens dans les rangs des picniqueuses (le megafun ! pour remplacer le mégaphone) ? Elles nous tronçonneraient, seins nus, un Socle ou quelques Croix dans un Livret de Compétences. Les médias assisteraient béats à la transformation des poussins du pique-nique en pussy riot.

Plus proche de nous, le pique-nique c’est aussi  le temps du Front Populaire de 1936. La joie du pique-nique, le bonheur d’être ensemble sur fond de grèves réussies et d’acquis sociaux imposés à un gouvernement débordé.

Oui, le pique-nique, avant de devenir une restauration collective hors du sac, c’est de la dynamite, du potentiel révolutionnaire. Or, dans ce moderne pique-nique de contestation, ça  fredonne plutôt du Souchon : «Tu verras bien qu’un beau matin fatigué/J’irai m’asseoir sur le trottoir d’à côté/Tu verras bien qu’il n’y aura pas que moi/Assis par terre comme ça.» Oui, un pique-nique de contestation, c’est de la révolution « comme ça » : un repas entre gens bouffés par le système.

En dehors de ces inédits  Le Dictionerfs se commande en librairie ou sur le site de la maison d’édition.

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

 

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dictionerfs – Inédit – Pique-nique de contestation

  1. Ping : Dictionerfs inédits – Best-Nerfs-Of | collectiflessaules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s