Dictionerfs- Inédit – Devise

DEVISE, n.f.  (inscription de fronton typique)

La Cour des Comptes vient juste de rendre son devis sur la gestion autrementesque des enseignants : «Y a un problème de gestion. C’est la courroie de distribution qui déconne. C’t’histoire de postes en plus, c’est n’importe quoi. Faut siffler la fin de la Recréation, m’sieur. Les postes en plus, moi, j’vous le dis, ça sert à rien. Y’a suffisamment sous le moteur. ‘Faites pas d’soucis. Faut juste le décrasser, c’moteur. ‘fin, faites comme vous voulez. Ce que j’en dis, moi, c’est pour les gosses». C’est avec le goût âcre de l’amortisseur, des freins et du pot d’échappement dans la bouche que les fonctionerfs ont refermé le fameux rapport.

Au beau milieu de la fumée médiatique, après le devis, la devise.

Les Sénateurs viennent juste de voter l’obligation d’inscrire la devise de la République au fronton des établissements publics ou privés sous contrats.

Liberté, Égalité, Fraternité

Ainsi, les établissements qui souffrent de leur taux d’évitement dévastateur pourront toujours observer le niveau du taux de change, le taux des devises. La devise symbolique va faire diversion. Mais le doute subsiste. Le «Toujours moins» du précédent quinquennat pourrait-il être remplacé par le «Pas plus» ? Devant ces calculs, façon Boulier débile, on repense aux professeur de maths de collège, si savant dans son travail et si psychologue avec les élèves, et à sa devise personnelle : «Compas et Compassion». La République, elle, pense plus grand, plus large, universel. Ses valeurs sont incarnées dans des symboles. La devise « Liberté, Égalité, Fraternité » en est un. Les valeurs de chaque Établissement sont incarnés dans un carnet. C’est moins grand, moins large, et plein d’articles comme « le chewing-gum est interdit », hum… Le règlement intérieur sonne comme un règlement de compte permanent. OK Corral. Dérèglement. « Crache ton portable et éteins ton chewing-gum. »
Liberté : les élèves ne travaillent pas, bavardent…euh devisent gaiement.
Égalité : l’égalité des chances a remplacé l’égalité des droits.
Fraternité : il y a des parents pauvres du service public, mais on pense à eux.

La devise sur le fronton a-t-elle les vertus miraculeuses des mains qu’on appose sur le front des lépreux ? Et si un bahut a un fronton lépreux, sa devise compte-t-elle double ? La guérison est-elle encore plus miraculeuse ?

Mais ce n’est pas de devises dont l’École a besoin, c’est de moyens financiers. Une bien vilaine expression au regard de la devise américaine qui domine : Time in school is money.

Alors que le slogan «Du balai» battait, il y a peu, le pavé, en regardant les frontons de établissements, surgissent quelques vers pastichés de Du Bellay :
« Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que d’Établissement le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine. »

Alors que le tissu social n’est pas reconstituée, quelques uns rêvent encore d’une République mais tissée. Des fonctionerfs bougonnent déjà, quand reviendra le temps des devises : Innumérisme, Illetrisme, In-english-please. Pas de quoi pavoiser.

En dehors de ces inédits  Le Dictionerfs existe en livre et en librairies.

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s