Dictionerfs – Inédit – Clef des champs

CLEF DES CHAMPS, la bobinette cherra (Conte pas suisse)

«Puis – comme c’est facile – il pose la main sur la poignée, se tourne vers les élèves et leur dit j’y vais, je vous laisse, au revoir.
Stupeur.» (Rêve général de Nathalie Peyrebonne, éd. Phébus, 2013)

Dans ce roman, un professeur de collège, Lucien, quitte brusquement son poste. Il n’est pas le seul : une conductrice de métro fait de même. Un Premier Ministre, aussi fait…rare.

C’est une épidémie sociale qui va se terminer en Révolution molle. À force de faire des pas de côtés, tout ce petit monde part vers l’Élysée. Mous Ensemble ! Mais ça banderole dans la pagaille et l’hilarité. Le contraire d’un mouvement dur et pas drôle (cf l’actualité des manifs).

Le prof de collège, Lucien, se fait sépulcral : c’est plus le cours ! Fermez vos manuels, ouvrez vos cahiers de doléances, à la page 1.

Lorsque Lucien quitte son poste, il suit le cours des choses. Depuis le temps qu’il dit «Pousse» à ses élèves en pleine croissance intellectuelle, il a envie maintenant de dire «Pouce !». Il lâche la touche REC et appuie sur BREAK.

Ce champ, dont il a la clef, c’est un grand espace, un open range, le cadre d’un nouveau départ : un pré en bulles. Sous le coup de la fatigue, il découvre qu’il en a sous le coude.

La poignée de sa porte se fait poignée de main. Au revoir et merci. Cela n’a rien d’un ordre de démission. Plutôt le sens du geste et l’appel du large. Voir d’autres choses, voire – malaise dans les baskets ! – d’autres shoes. Sortir de son cours et dérailler. Pas une défaillance, un truc nouveau, un genre de déraillance de la voie Ferry. Plaquer sa classe, plaquer son boulot, comme Brassens plaqua son chêne : comme un saligaud. GO !

Une remise à zéro pas remise à plus tard. Un simple chatouillis sous les aisselles, façon Hubot suédois sur Arte.

Si un professeur veut tout lâcher, quel jour choisirait-il ? Que jour serait le plus drôle, le plus saligaud ? À bien y réfléchir, le fonctionnaire n’est pas l’homme d’un jour. Son travail s’inscrit dans la durée, sur le terrain et un jour – pourquoi pas ? – dans les champs.

Mais qu’est-ce qu’on fait après ? Dans le roman, Lucien, le prof, part du sain principe que se faire tartir est moins drôle qu’entarter. D’un coup, il devient clown. Le professeur patenté va se laisser tenter par l’attentat pâtissier. Tout arrêter, non pas pour se faire chier, mais pour faire chier, pour « entarter les pompeux cornichons » ou – pourquoi pas ? – comme Zazie, faire chier les Martiens.

Pour le décorum, quelque temps des cerises de passage lui servira bien à garnir son gâteau.

Mais, au fait, où trouve-t-on la clef des champs ? Pour toute réponse, au beau milieu d’une page, Lucien brosse le portrait de la déesse Occasion. Elle porte une tresse par devant et se révèle chauve à l’arrière. La saisir, c’est donc une histoire de seconde.

En la saisissant, la conductrice arrête de ramer, le professeur suit le cours des choses et le Premier Ministre pense à sa gouverne et au seul portefeuille important : celui de son lit.

Un petit livre bien agréable.

Un livre-fable responsable…sable de grain et d’esprit.

http://www.editionsphebus.fr/reve-general-nathalie-peyrebonne-9782752908162

P.S : Il y a aussi un président qui fait ses vœux le 4 janvier, un cow-boy solitaire et du papier toilettes au thé vert.

En dehors de ces inédits  Le Dictionerfs existe en livre et en librairies.

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s