Dictionerfs – Inédit – Français 1er

FRANÇAIS 1er,  Pape des Lettres dans un Sacré Collège

Wikipedia, le Ciel t’edia…

BIOGRAPHIE DU NOUVEAU PAPE

    JEUNESSE
Sa mère n’a pas conservé tous ses bulletins scolaires. Il n’existe donc pas de livre pour révéler les stupides appréciations de ses peu clairvoyants professeurs : «toujours dans sa bulle» ou autre «s’habemus sans cesse, au lieu de travailler».

Très tôt, le futur Français 1er, prit pour modèle Saint Français D’assise, l’ami des pauvres. Ses amis se mirent à lui reprocher sa posture intellectuelle et, au fond, de n’avoir «D’assise» qu’une position sur une chaise. Il décida alors de rejoindre la congrégation pour la foi (communément appelé Concours de recrutement d’enseignants).
Dès le début de sa carrière d’enseignant, il trouva le chemin de Saint Français. Il ressentit vite, au plus profond de lui-même, le dépouillement de l’Éducation. Il apprit aussi à vivre avec des avoirs gelés. Cette pathologie, à l’instar des oreillons chez les enfants, a habituellement des conséquences très préjudiciables chez le fonctionnaire de sexe masculin : stérilité, abattement, pessimisme destructeur… Mais le futur Français 1er avait beau les avoir gelés, il était bien trempé.

FORMATION
Il fit ses Humanités dans une Fac des Alpes. Étudiant en dilettante, confondant Fac et «Fac quod vis» (« Fais ce que tu veux »), il tarda un peu à obtenir son Pontificapes. Une fois certifié par la Sainte-Corporation, il fut contraint de quitter brièvement la région.
(Une rumeur prétend qu’il aurait été, alors, professeur de littérature dans un collège argentin. Vraisemblablement, cela viendrait d’un quiproquo lors de son évocation du collège huppé, du collège «argenté», où il fit ses débuts.)
En tout cas il retrouva vite les Alpes, à la faveur d’une mutatio proprio (mutation de son propre chef). La proximité de ces massifs montagneux stoppa alors chez lui tout développement physique : il fut atteint du nanisme du Chrétien des Alpes. C’est cette pathologie qui expliquerait, selon certains spécialistes de l’Éducation, la tendance, qu’il eut longtemps, à vouloir blanchir sa tenue à la craie ; une pratique qui a vite cessé avec l’apparition des feutres (son retard mental à vouloir rentrer dans le tout-numérique reste un sujet de débat).
Français 1er appartient à une dynastie Capessienne. Par sa formation même, il demeure donc un fervent partisan du développement des Arts et des Lettres.

ÉVÊQUE
Lorsqu’il fut évêque, le futur pape mit rapidement son diocèse en émoi. En effet, il rencontrait, régulièrement, des problèmes de connexion avec les apôtres. À chaque échec, il levait les yeux à l’ADSL, en vain. L’ « Habemus cablam » devint familier. Ne passant rien sous silence, il osa, alors, parler, publiquement, de son peu de goût pour la Cène. Une tiédeur qui contrastait, chez lui, avec sa passion pour l’Estrade.

CARDINAL
C’est par son attitude contestatrice que Français 1er accéda au Presbytérat (aussi appelé Cassecouillat). Après des années à râler (grève, courrier, audience, pétition) comme le commun des évêques, il fut donc élevé à la pourpre cardinalice. Il profita  de ce prestige à chaque occasion qui lui était donnée : des Assemblées Générales aux Conseils d’Administration.
Cardinal, il fit alors partie du Collège des Cardinaux présidé par le doyen, le primus inter pares. Le seul collègue à avoir entendu parler à la fois de la Reconstruction de son Collège et de la Refondation de l’École. Un doyen dont le privilège (modérément envié, en fait) était d’avoir vécu plusieurs décennies de miracles annoncés.

   PAPE
Il ne devint pas pape par hasard. Non, pas de fumée blanche sans feu sacré.
Élu, il demanda à prendre le nom de Français 1er. Comme il tenait de manière insistante au qualificatif de « 1er », certains virent la trace d’une revanche scolaire, une sorte de Complexe de Guy Degrenne (https://collectiflessaules.wordpress.com/2013/03/05/dictionerfs-inedit-complexe-de-guy-degrenne-le/)

    IDÉES ET OPINIONS
En dépit d’une carrière météorique, il est resté très humble et garde un profil bas (surtout le matin, quand le sol est gelé, pour ne pas se prendre les pieds dans son costume). Il se lève à 5h30 du matin et travaille jusqu’à tard le soir. Il n’a pas de voiture, se déplace en transports en commun et a renoncé à occuper la somptueuse résidence des archevêques de Buenos Aires (il faut dire qu’il maîtrise moyennement l’espagnol, à part l’expression propre au stade de football : «primat des GOAAAAALLLLLS ! Argentiiiinnaaaa !»)
Son traditionalisme le pousse parfois à un raisonnement binaire : oui/non (volo/nolo). En dehors de quelques sujets qu’il juge non négociables, il passe néanmoins pour un modéré.
Il est un lecteur assidu de la presse ( de toute sorte :  https://collectiflessaules.wordpress.com/2012/10/04/1133/) et rêve de changer tout pour une vie qui ouailles le coup.

    PAUVRETÉ ET INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES
Il a conscience que son Sacré Collège doit être reconstruit pour le meilleur de sa mixité sociale. Une reconstruction qui passe par des pierres vivantes que sont les jeunes mais aussi par un bâtiment en dur. En pensant aux DHG et à tous ces projets de construction, il estime qu’une Curie d’austérité est inadmissible pour tous les établissement difficiles et sensibles.

    DISCIPLINE
Il aimerait imposer le vœu de silence aux âmes en cartables lorsqu’elles prennent les escaliers qui mènent à Dieu et à son adjoint. « Doux Seigneur, leurs voix sont pénétrantes et nos tympans perçables ! », un Pater vite changé en pas-taire.

    CORPORATION
Il éprouve beaucoup de reconnaissances pour les pélerins en complément de Service. Il sait que l’affectation conduit parfois à la renonciation. Il prie souvent pour ces femmes et ces hommes.
Sinon, il croit aux énergies grises et à la fumée blanche du Conclave.

    NOTATION
Traditionaliste, il refuse l’abolition des notes. Il refuse ce qu’il surnomme la bataille de Marignan-gnan.
Pour lui la bulle pontificale (communément appelé : 0/20) n’a rien d’un jugement moral, c’est l’évaluation d’un travail. Il est donc normal que le pape adresse (on dit qu’il « fulmine ») certains types de messages sous la forme de bulles. Sur la moyenne de certains élèves, cette bulle s’accompagne même d’un in. pp. m. (in perpetuam memoriam)
En revanche, il est prêt éventuellement à changer l’échelle des notes et passer du 20/20 au 15/15, mais s’il trouve que cela relève aussi un peu de la bataille de Marignan-gnan.

LATIN
Son rêve américain, il est latin. L’Amérique en version latine. Yes we can/Vero Possumus. Même si le niveau baisse, il tient à son niveau Messe : oui, le latin peut structurer l’esprit dans un corpore sano. Et puis, en latin, le 20 de Messe est facile à obtenir. Et puis c’est bon : est bibendum, nunc et… Hic !

NUMÉRIQUE
Sous l’effet de la carte scolaire et du taux d’évitement, difficile de maintenir les effectifs numériques dans son Sacré Collège. Il regrette que la doctrine de la Refondation de l’école prône un autre numérique : celui de l’ordinateur, du videoprojecteur, voire du tweet. A ce propos, après avoir été Évêque et Cardinal, celui qui est désormais Pape se refuse à devenir un Comte Tweeter.

    VIE SCOLAIRE
Il ne croit définitivement pas à l’absenthéisme.
Par ailleurs il s’inquiète du recrutement de Gardes suisses sous forme de Contrat Emploi Avenir.

    CANTINE
Même s’il a assisté à la multiplication (par 2) des pains à la Cantine, il reste un adepte de la théologie de la Raviolution. (https://collectiflessaules.wordpress.com/2012/11/14/dictionerfs-inedit-la-raviolution/)

    JUGEMENTS DANS LA PRESSE
Ses positions divisent les commentateurs francophones : réactionnaire, bienveillant, trop modéré. C’est le syndrome de la publicité de la Vache Curie («Trop snob, trop typé…»).

    CENTRES D’INTÉRÊT
Comme beaucoup de professeurs, Français 1er apprécie grandement le football. En revanche, il ne croit pas au Messi (il n’y croit pas plus pour son Sacré Collège). Il penche plutôt pour Ibrahimovic et sa pédagogie frontale : celui qui exige des réparations à ceux qui veulent transformer son École en Grande Surface, le même qui est d’ailleurs tout prêt à se charger du pénalty. (https://collectiflessaules.wordpress.com/2012/11/18/dictionerfs-inedit-ibrahimovic/)

Sinon, il aime bien la Saule’s Music et rêverait aussi de transformer son Sacré Collège en un Nat King Collège (https://collectiflessaules.wordpress.com/2013/02/08/dictionerfs-inedit-nat-king-college/)

POLÉMIQUES
On lui reproche de confondre Coordinateur et Grand Ordonnateur, d’halluciner une mixité sociale, d’avoir la grosse tête et surtout – la cause de tout ça – d’abuser, avec quelques cardinaux, de la fumette blanche.

Lorsqu’il fut nommé Pape, on lui prête cette parole : «Un Conclave, ça ose tout. C’est même à ça qu’on le reconnaît.» Français 1er n’a jamais démenti. Mais on sait qu’il n’a jamais été à l’aise avec ce titre, oscillant entre la papabilité « Habemus papam » et  la pénibilité « Habemus infarctum« .

En dehors de ces inédits  Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

 

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s