Dictionerfs – Inédit – Goncourt malade

GONCOURT MALADE, Grand corps qui écrit moins qu’avant (Goncours-y vite, il va tweeter !)

Le prof a peur pour ses petits qu’on aseptise. On lui demande de leur faire lâcher le fond pour le formol, lâcher le Goncourt pour le Bon Tweet.

Pourquoi ? Parce qu’on ne veut plus faire couler d’encre.

La feuille blanche prend le pas sur l’écrit noir sur blanc. On recherche la lividité du dit-vite. La banquise débarque sur les feuilles des élèves, preuve que le réchauffement climatique fout le camp. C’est ça la refondation de l’école ? Le prof a vu l’élève qui a vu la feuille blanche qui a vu l’ours polaire et tous ils ont froid. Le stylo sèche et gèle pendant que le prof, volaille que volaille, perd les plumes de son autorité.

Essoré, lessivé, dégraissé, le prof est dématérialisé jusqu’au Tweetos. Il perd conscience professionnel, voit trente-six chandelles et ne distingue plus que les gazouillis des p’tits sociaux. Comme il est mal en point, on va même jusqu’à le traiter de Triple-Buzz.

Certes, il lui est possible de regagner des plumes. Mais à quel prix ! Il lui faut accepter de monter sur la scène pour y exhiber son Truc en Tweet. Sa formation, il la devrait à un stage Corps & Voix avec Zizi Jeammaire. On lui propose même une projection PowerTweet…
Pour des profs qui ne pensent qu’à s’barrer, le numéro du Cabaret de la Dernière Chance a du mal à passer.

Ces irréductibles rédactionnaires (Voir Rédactionnaire), on voudrait bien les faire jurer ‘Par Tout au Tweet !’. Mais ces Gaulois rechignent à se transformer en Poinçonneurs du Livret. Alors, avec les Gauloises de Gainsbourg, ils chantent «Les p’tits tweets, encore des p’tits tweets». Bien sûr, ils savent qu’un jour on les mettra dans une grosse case où ils n’entendront plus parler d’tweets, plus jamais d’tweets, de petits tweets, de petits tweets, de petits tweets.

Hélas, on s’échine à leur faire le coup du Prix Goncourt au prix d’un SMS. Il faut réagir vite. Attention, demain sera trottoir ! À la recherche du Tweet perdu, Du coût d’un tweet chez Swann (Swann ? Sans doute un opérateur de télécommunications)…Le cours de français devient un réseau de Proustitweetion. «Tu comptes, chéri ? Allez, 140 caractères, c’est donné.»

Aristote, ils sont devenus fous !

Les fonctionerfs, eux, rêvent de simplicité : sans Goncourt ni Trompe-tweet.

Ils se rêvent en promeneurs solitaires de la rédaction, la vraie.

En dehors de ces inédits  Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dictionerfs – Inédit – Goncourt malade

  1. Il est salutaire que la Marine veille à ce que point trop d’ancres ne coulent. La plupart des capitaines, quittant leurs navires, annoncent le naufrage de la flotte. Quel Julien ordonnera, comme il le fit devant les Perses, de brûler les vaisseaux afin d’éviter que les équipages effrayés ne battent en retraite ?

    Laissons cependant quelques ancres couler ; avant de refonder, il faut percer le fond des fondations. Creusons le creux des vagues ; sondons le gouffre ; forons le maelström.

    Romanciers, dramaturges, poètes sont unanimes : ils n’écrivent pas sur le bonheur. Les copies blanches entassées sont le témoignage irréfutable de l’extase qui ravit la chair et l’esprit des matelots. Préféreriez-vous qu’ils épanchassent sur le livre de bord ou le livre d’or leurs inutiles malheurs, leurs vaines doléances au motif de faire couler beaucoup d’encre en inscrivant iambes, anapestes et péons ?

    Justement, si les officiers se déplument, c’est qu’ils font trop souvent le péon en d’inutiles roues au supplice desquelles ils condamnent les moussaillons.

    Fumeurs de gauloises, de gitanes ou de havanes, si vous désirez qu’un peu d’encre coule, dans les coursives et la passerelle, le long des ponts, du beaupré au mât de misaine, laissez passer les antisèches de la misère, laissez passer les p’tits papiers, papier chiffon, papier buvard, papier cafard.

  2. Ping : Dictionerfs inédits – Best-Nerfs-Of | collectiflessaules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s