Dictionerfs – Inédit – Fesse-Droite

FESSE-DROITE, Réseau social local, nouvel ami de Facebook (Like a bird on a wire)

L’ordinateur est allumé. Le bureau est visible. Bienvenue dans le numérique pédagogique.
Loin de l’archaïque posture du professeur adossé à la chaise de son bureau, l’enseignant est connecté à son bureau : il est sur Fesse-Droite. Assis, inscrit, Moderne.

Fesse-Droite c’est l’élément essentiel du réseau social dans les classes de collège.

L’estrade en bois du professeur a disparu. Elle lui a été retirée, avec un effet peau de banane clairement destiné à ses airs supérieurs. L’estrade ne permet plus d’esbrouffe : adieu le dieu de l’estrade ! Pour palier le manque d’estrade, le professeur s’est donc inscrit sur Fesse-Droite.

La paix sociale est à ce prix. Elle est fragile, «comme un oiseau sur la branche». Il serait anti-pédagogique de l’effrayer. Ah ! ce que les élèves Like quand le professeur est sur Fesse-Droite et qu’il s’efface. Il respecte toujours la confidentialité de chacun de ses followers.  Du coup il a plein d’amis. «Il est cool !». Sa position, élégamment avachie, offre un air de déjà vu. «Il fait comme nous, sauf que nous on n’a pas le droit.».

N’étant ni addict ni digital native du réseau social, le professeur se déconnecte régulièrement de Fesse-Droite. Il se met alors à circuler dans les rangées et là, c’est une autre histoire. Il doit faire œuvre de pédagogie au sens étymologique du terme. C’est qu’il doit en ramener des élèves à l’école ! Par la main. Une main de maître.

Autant d’élèves, autant d’ «il». C’est une véritable polynésie scolaire, qui fait ramer le professeur ! Il passe d’un bureau à l’autre. L’élève jure ses grands dieux que le travail a été oublié ; il promet de ne plus recommencer ; il cherche fièvreusement (il le fait bien !) un travail qu’il n’a pas fait ; il laisse le professeur constater l’état calamiteux du classeur (que pourrait-on  bien y retrouver, n’est-ce pas ?) ; il se plaint des ravages de l’antediluvienne réforme du Divorce pour tous qui entraîne la garde alternée de ses affaires de cours ; il vous présente un classeur identique à celui de Français sauf qu’il est inscrit : Techno ; il vous tend dignement son carnet, voire il pétitionne sur le niveau d’exigence du professeur : «il veut qu’on travaille !»

C’est vrai, lorsque le professeur est sur Fesse-Droite, il se libère de toutes ces contingences, il dématérialise son travail. Le vent de l’Oral souffle alors sur sa pédagogie : sifflant, brutal, glacial. La trace écrite a disparu, les feuilles volent, la pédagogie est échevelée.

Le réseau social du professeur plie mais ne rompt pas. Il est sur Fesse-Droite, avec le même motif que ses élèves : pour se détendre et avoir plein d’amis.

En dehors de ces inédits  Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dictionerfs – Inédit – Fesse-Droite

  1. Joachim dit :

    J’ai vécu comme un mise à nu de mon corps enseignant l’ablation de l’estrade. Handicapé je fus, handicapé je reste. Je suis pourtant de grande taille. C’est comme le jubé ôté des églises ; plus de séparation entre le chœur sacré et la nef. Les fidèles ont tout vu : « ce n’était donc que ça ? » Les élèves, avec le bureau professoral au milieu de la classe ou presque, ont tout vu, les outils, les fiches, les grigris, les talismans, la montre posée, l’intime du prof, quoi. Je plains la collègue femme. N’ouvre-t-il pas on sac ? Ne consulte-t-il pas l’album de famille, l’agenda ? Méfions-nous des archipels : beaucoup de navjgateurs reconnus y ont fait naufrage. Je n’aime pas cingler entre les îles, la cartographie est parfois piégeuse. Il préfère un classeur poubelle ? si tel est son choix ! Il a oublié son matériel ? Qu’importe. Mais le contrat s’impose : il reste à la panne, mais il nous [à moi, aux autres] doit de nous laisser la possibilité de travailler. Fesse droite, fesse gauche, fesse bouc, évitons le chant du bouc, vous savez celui qu’il sacrifiait en l’honneur de Dionysos ?

  2. Ping : Dictionerfs inédits – Best-Nerfs-Of | collectiflessaules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s