Dictionerfs – Inédit – Chépa

CHÉPA, «Je ne sais pas» appartiendrait au langage soutenu   (Anna Karina pédagogique : «chépa quoi faire, keske chpeu faire»)

Le dictionnaire nous apprend que le mot sherpa s’est répandu dans les années 50, après l’expédition de Maurice Herzog à l’Annapurna.

Alors que Maurice Herzog s’est éteint, une autre flamme vacille.

Cette flamme, c’est la flamme du savoir, puisque, comme l’a dit Louis Aragon (quasiment, en tout cas) : cette flamme est l’avenir de l’Homme. Une flamme que le souffle de chaque sonnerie, de début et de fin de cours, fait trembler dans tous les collèges. Heureusement beaucoup de professeurs croient encore dans leurs groupes électro-jeunes.

Mais un mot, dont le son voisine avec sherpa, apparaît  dans les copies. C’est le mot chépa.

C’est un petit mot de deux syllabes par lequel l’élève montre qu’il n’a rien appris.

Assis sur le Moi du monde, l’élève affirme bien haut qu’il est un non-sachant.  Né dans une société de consommation qui ne parle que de prix cassés, en baisse, à saisir, il ne veut rien savoir de l’appris des choses.

Attaché à sa condition de Digital Native cet élève s’y connaît plus en ‘pas cher’ via Paypal qu’en sherpa du Népal : inutile de le sommer de savoir.

Son chépa est un sigle, une marque, une griffe. Dans sa fréquentation des grands espaces commerciaux il a repéré le pouvoir marketing des doubles syllabes. Et il en trouve des supports, des feuilles, des devoirs porteurs de son savoir de poche trouée, de son cheap chépa.

Étonnamment son chépa lui confère  des airs de pacha : il aime se faire servir les questions et les réponses par son mammouth favori. Le constat est donc clair : le bourbeux collège l’emporte sur le vase communiquant.

Le prof aura beau exiger que son élève sache…shit, il chuinte un chépa qui fâche.

Comme dans un film de Cédric Klapisch, quelle que soit la matière, personne n’échappe à son chépa et nul ne peut dire « pas chez moi ».

En dehors de ces inédits – et de cette fin du monde – Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ! ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dictionerfs – Inédit – Chépa

  1. Ping : Dictionerfs inédits – Best-Nerfs-Of | collectiflessaules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s