Dictionerfs – Inédit – Quelle connerie la neige

QUELLE CONNERIE LA NEIGE poésie à pneu neige (à l’heure où blanchit le Prévert)

Il neige sur Grenoble.
Quelle connerie la neige.
Le fonctionerfs voudrait faire étudier du Prévert : il se retrouve en classe de neige.
Il n’a pourtant rien d’un Monsieur Sans-Neige celui qui prend des gants pour mettre les mouflets dehors.
Sur le poing du fonctionerfs, recouvert d’un gant de cuir : un flaucon. C’est grâce à ce drôle d’oiseau que l’enseignant, en Seigneur, chasse ses élèves. Il peut tout de même perdre son élégance et finir le travail à grands coups de boots ou en brandissant la menace d’une calotte glacière. Il lui faut booster ses élèves pour qu’ils sortent de sa salle.

Ça arrive. L’élément neigeux fait oublier au fonctionerfs l’élément perturbateur contre lequel il se débat tout au long de l’année, farouche entrave à son programme.

Pour qui sonne le verglas ?

Pour le fonctionerfs.

Aussitôt, il oublie l’appel et sa progression. Il prend la pelle et progresse dans la neige.
La Luge Ferry est prête et le fonctionerfs se fait Simplet devant Blanche Neige : il ne souhaite que rentrer chez lui sans casse. Que la Casse de l’école prenne son ticket et fasse la queue comme tout le monde. C’est une véritable boucherie !

Oui, son attitude confine parfois à l’iglooïsme. Sous l’effet du froid son être rétrécit : il ne reste que sa mauvaise foi.

Avant de quitter le collège sa précipitation lui a même dicté une hypocrite avalanche de compliments qu’il a laissée pour un conseil de classe mal placé. Un temps pour tout : intempérie.
Qu’on se le dise : le fonctionerfs pressé est sur Vigilance Orange. Il a besoin d’être bien déneigé pour être ensuite bien refondu. Du coup il obtient son exeat, sa chute libre.

Il a aussi reçu une lettre officielle parlant de refondation de l’école. Il y est question d’ «élan retrouvé» : il est content pour cette pauvre bête. Mais ces histoires de faune hivernale ne le passionne pas, pas plus que la rubrique «lièvres arctiques écrasés». En fait, cet « élan » sent son Pisa à plein nez : cet animal a le faux nez des rennes finlandais. C’est un cheval de Troie, pas un cheval de trait.
Dans ce monde où Pédagogie et Père Noël sont dématérialisés jusqu’à l’os il ne lui reste plus que l’âme du chasse-neige pour avancer.

Plus il réfléchit, plus il frise la congère mentale.

C’est l’hiver qui le mine. Il n’est décidément pas un placide bonhomme de neige : il ne s’habitue pas à ses avoirs gelés. Quant à la carotte…

À l’arctique de sa petite mort hebdomadaire, il lui reste à oublier la rigueur pédagogique auprès d’une belle cheminée qu’entretiennent son feu sacré et ses stères de bois.

Consultant son cahier de Tex, le fonctionerfs  tristoon, Droopy de la poudre, marmonne : «You know what ? I’m happy.»

C’est vrai qu’il a du sang de mammouth et des pneus neige.

En dehors de ces inédits Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ! ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s