Dictionerfs – Inédit – Trou

TROU nom un peu familier  (Un enseignant a toujours un trou quelque part)

«J’ai un trou» est une expression courante dans le milieu enseignant.

Un trou, c’est une heure passée sans élève, au milieu d’une matinée ou d’un après-midi de cours.

C’est la partie intime de l’anatomie hebdomadaire, une heure de vide-prof.

Alors que le général romain César gérait les trous en faisant des ponts, le fonctionerfs gère ses trous en faisant des photocopies, en remplissant son cahier de textes, en rencontrant des parents d’élèves, en établissant des rapports/des bilans sur des élèves, en corrigeant des copies, en téléphonant…ou parfois en restant au fond de son trou. Il existe aussi des  trous en formation : ceux qui dépendent d’une semaine paire ou impaire.

De  trous en trous, le fonctionerfs colmate, rustine, fait son MC Solaar : bouche de là (et de là !). Il s’active tant et si bien que qu’intervient parfois un phénomène de trou plein.

Quand il y a trou plein, le fonctionerfs déborde !

César – son plan C. – aurait pu lui dire Trou quoque mi filii (qu’un dictionnaire égrillard traduirait par : «toi aussi, mon orifice»), mais le célébrissime Romain eut trop de trous dans le corps (23 !) pour dire quoi que ce soit de plus.

Cet enseignant, ce galeux, tout Gallois le voudrait compétitif. Mais plutôt que performant, l’enseignant se veut perforant : d’ailleurs, nommé dans un établissement, l’enseignant fait aussitôt son trou.

En prenant de la bouteille le fonctionerfs acquiert le courage du poilu et son trou se fait souvent tranchée.

Jaloux du Veni, Vidi, Vici de César (encore lui !), le fonctionerfs tente un rageux Veni, vidi : Vacuum. Le Vacuum, le Rien. Personne n’a rien vu dans son collège Hiroshima (ou était-ce Fukushima, il ne sait plus, vieillissement et trou de mémoire.)
Ce vide, c’est le résultat du napalm académique et politique : un réduction d’heures, un tissu social qui se troue, des p’tits trous comme un crible perçant poussé au clair de l’Une et Indivisible École de la République.

Le fonctionerfs, lui, ne hurle pas.

Il sait que, si haut qu’il soit placé sur sa chaire, il n’enseigne jamais qu’avant ou après ses trous.

Le trou est le nombril de son monde, son an zéro. Un véritable trou à roots.

Au fond du trou il croit entendre le «Souviens-toi que tu vas mourir» que l’on chuchotait aux oreilles des généraux romains victorieux (oui, comme César). Le destin prend alors la forme d’un trou de souffleur pour ceux qui ont oublié qu’à la fin du script le meilleur acteur avorte son projet pédagogique et avale son dernier bulletin de salaire.

Pire, lorsque vient la rupture de rythme estampillée Souviens-toi l’été dernier, le fonctionerfs, sous le soleil de juillet ou d’août, devient pareil au poulet dont la fermière a coupé la tête : sans tête, il court et professe tout autour de son trou.

Son trou.

C’est un trou, c’est une fosse, que dis-je :  une fosse ?

Ce sont des abysses : des avoirs gelés et une pression monstrueuse.

Non, décidément un emploi du temps à trou-trou n’a rien d’un trousse-chemise affriolant.

«Passoire, chéri(e), j’ai eu plein de trous, aujourd’hui».

Chaque année, une semaine pleine de trous annonce au fonctionerfs une annus horribilis.

Tout ça, c’est la faute aux fauteurs de trous.

Les fonctionerfs les traiteraient volontiers de rubicons (c’est ainsi que César traita Pompée) ou, insulte suprême, de trous du socle.

En dehors de ces inédits Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ! ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dictionerfs – Inédit – Trou

  1. Ping : Dictionerfs inédits – Best-Nerfs-Of | collectiflessaules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s