Dictionerfs – Inédit – Encore tèj’

ENCORE TÈJ’ cérémonie funèbre  («Je me suis fait encore tèj’»)

C’est un élève exclu sans cérémonie. Sans insolence non plus.

Sans sermon, ni trompette, la porte se ferme pour mener à une forte perm’.

Sans cérémonie et sans cortège : «…encore tèj !».

Fatalitas.

Le labyrinthe du collège trace le parcours de sa cérémonie. Dans les couloirs il ne s’agit pas de tourner comme un lion en tege. C’est une exclusion décidée par un prof, précisément comme une Borne pour not to be wild. Les devoirs, les affaires, l’attention, comme une petite civilisation.

Hélas, l’élève est encore tèj‘ du savoir en partage.

Qu’y faire ?

Peu d’espoir que l’Égalité des Chances le protège. Autant jouer au loto.

L’arpent du Bon Dieu ? Ben…Qui sait ?

En tout cas, cette exclusion n’a rien d’une saignée digne des médecins de Molière. Rappelons que le professeur est généraliste, pas urgentiste.
Tout bien pesé, l’élève exclu est un Grand Cortège malade à lui tout seul. Naufragé. Accidenté. Détaché de son socle.
D’ailleurs L’Épaisse Dame au Socle pourrait-elle intervenir ? Bof, l’élève ne prend même pas la peine de la traiter de Grosse Case.

Lorsque l’ «encore tèj‘» erre dans le collège et en voit de tous les couloirs, il arrive qu’il rencontre d’autres élèves exclus. C’est le principe des vases communicants : plus le cortège grossit dans les couloirs, plus les cortex grossissent dans les classes dont ils ont été exclus.
Mais la tête du cortège est perdue dans le couloir depuis trop longtemps : le cortège en  devient funèbre.

Futur illettré : il est triste.

Colère ou dérision ? Peut-être faut-il l’emmener voir une exposition contre les discriminations. Elle est composée de plusieurs panneaux présentant une saynète au format BD. Ce dialogue concerne la discrimination contre LE LIVRE.

N.B : Il s’agit d’un pastiche d’un dialogue existant à propos de vilaines VHS explicites assimilant sexualité et bidoche, à l’usage de classes de 4ème.

DIS NON À TA VIOLENCE

– On va chez moi, mes parents sont pas là.
– Génial !
– Cool, man !
– Allez, entrez.
– T’as du coca ?
– Vous allez voir. Mon père, il a plein de livres.
– Cool, vas-y, envoie.
– T’as vu la position qu’il faut prendre pour lire ?
– Regarde, ils ont attaché les pages.
– C’est marqué Classique ! Y’en a qu’ont l’air d’aimer ça.
– Lui acheter des livres, tu ferais ça à ta meuf, toi ?
– Oh là, là, tu crois que c’est comme ça qu’il faut faire ?
– Mais regarde y’a plus de trois mots sur chaque ligne.
– Beurk ! ça me dégoûte.
– C’est important, c’est pour la pratique.

En dehors de ces inédits Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ! ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dictionerfs – Inédit – Encore tèj’

  1. Ping : Dictionerfs inédits – Best-Nerfs-Of | collectiflessaules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s