Dictionerfs – Inédit – Carte postale du Parti

CARTE POSTALE DU PARTI Carte affranchie de complexes (Élection = piège à Cocoe)

Figurez-vous que les fonctionerfs ont reçu une carte postale du Parti.

C’est beau le Service Public de la Poste !

Dans l’Éducation, on en voit, c’est sûr… mais on reçoit aussi !

En voyant la carte on se dit : «C’est un peu tôt pour souhaiter ses vœux pour 2013 !» Erreur. La missive est adressée aux «Foutus Fonctionerfs». L’hypothèse Vœux est bel et bien une fausse piste.

«Foutus» pour «foutus», on regarde la carte.

La carte dépayse et décomplexe. Le pacifique, de l’eau : ambiance de vacances et paysage exotique. De quoi surprendre le fonctionerfs aux avoirs gelés. Mais les apparences sont trompeuses et trop bleues. Il ne faut pas entrer bêtement dans l’illusoire. À l’ «A voté !» mieux vaut préférer l’ «A tout Vu».

Passé le premier regard, on passe à la mise en examen, au dépouillement.

On comprend que les Barbes-bleues ne battent pas la campagne, on comprend qu’elles prennent l’eau. Elles trempent dans quelque chose de pas net – oui, la photo est un peu floue par endroits.

On voit deux vagues bleues qui s’échouent sur le rivage. À noter qu’elles récusent toutes deux le mot « échouer » et réclament une médiation.

On repère, au milieu de l’écume médiatique, une forme étrange : on dirait l’aile droit ou l’aileron du parti. Tout ça  prend des airs d’Acrapulco.

Quand on hausse les yeux au ciel : on voit un ciel tourmenté. C’est un bleu entre bleu Egée et blue Jean délavé, mais avec beaucoup de nuages : du culot, des nimbus.

Au rouge de colère ce ciel préfère le bleu-ire.

Une ligne de fracture sépare la mer et le ciel. Pourtant les eaux semblent aussi troubles que le ciel. De quoi donner l’ivresse des Copétences qu’on appelle aussi Grand Bleu-ff.

Au premier plan on remarque un palmier. Il est couvert de fruits. C’est manifestement des noix de Cocoe : elles sont lamentablement suspendues mais on voit pas bien à quoi.

Au pied de cet arbre s’accumulent des grains de sable. De quoi gêner le processus démocratique de toute personne qui veut marcher tranquille sur la plage.

On tourne la carte et, au verso, on lit le texte adressé aux foutus fonctionerfs :
«Vous la voyez la plage ? Dès qu’on revient on vous interdit le droit de grève.»

Rien d’étonnant dans cette haine de la grève de la part de ceux qui adorent les yachts, les piscines et l’or bleu de travail. C’est même savoureux de la part d’agitateurs de manifs de droite.

La carte est timbrée, mais mal. Le timbre est mal collé et un peu déchiré. Visiblement deux personnes ont lutté pour le dérisoire timbre-Poste du Parti.

Y’a même des traces de gras et de chocolat.

Sinon, au loin, on aperçoit un Capitaine de Pédago : il est mort de rire. C’est le président de tous les Jean-François, François, Vincent Peillon, Pôle Emploi et les autres.

En dehors de ces inédits Le Dictionerfs existe en livre et en librairies (partout en France ! ; à Grenoble : à La Librairie du Square, à La Dérive, à La Fnac)

Dictionerfs (du collège commun et des colères universelles de l’Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs), éditions La Ville Brûle, septembre 2012

Publicités
Cet article, publié dans Objectifs, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s